Engie affirme ne pas avoir de difficultés pour alimenter ses clients

Engie se montre rassurant en pleine crise gazière. Ce mardi 21 juin, l’ex-GDF a affirmé ne pas rencontrer de difficultés, alors que plus aucun mètre cube de gaz russe n’arrive en France par gazoduc.

“Aujourd’hui, nous n’avons pas de difficultés à alimenter nos clients”, a assuré Cécile Prévieu, directrice générale adjointe d’Engie, en charge des activités solutions clients, lors d’une conférence de presse.

« Le groupe Engie a une politique de diversification sur ses approvisionnements en gaz. On a d’autres fournisseurs et on accélère sur cette diversification, notamment avec l’Algérie ou la Norvège »at-elle ajouté, en précisant que les stockages se remplissaient bien. « Sur la France, on est presqu’à 60% aujourd’hui »at-elle indiqué.

Un bon niveau de stockage

Le stockage du gaz est devenu une priorité en Europe, alors que le géant russe Gazprom ferme progressivement ses robinets vers les États membres. La semaine dernière, il a annoncé plusieurs baisses de livraisons de gaz via le gazoduc Nord Stream, sur fond de bras de fer entre les pays favorables et la Russie dans le contexte de la guerre en Ukraine. Résultat, le débit est fortement réduit vers l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. La France, elle, ne reçoit plus une goutte de gaz russe par gazoduc, même si les importations de gaz russe liquéfié par bateaux méthaniers se poursuivent.

Les pays touchés cherchent donc à réduire au maximum leur consommation de gaz pendant cette période estivale afin de constituer des réserves pour l’hiver prochain, période pendant laquelle l’absence de gaz russe aura le plus d’effets dommageables compte tenu des besoins en chauffage .

La semaine dernière, le Parlement européen et le Conseil, regroupant les Vingt-Sept, ont d’ailleurs trouvé un accord sur le stockage de gaz. Il prévoit que les États membres définissent leurs réserves à au moins 80 % de leurs capacités d’ici novembre. Ce niveau minimum devra grimper à 90% les hivers prochains.

La crise énergétique, un accélérateur de business

Plus globalement, la flambée des prix de l’énergie et les enjeux de souveraineté, amplifiés par l’invasion russe de l’Ukraine, constituant une aubaine pour les activités de décarbonation d’Engie, regroupées sous l’ombrelle Energy Solutions, dont le chiffre d’affaires a frôle les 10 milliards d’euros en 2021.

« Pour nous, c’est un formidable accélérateur pour faire de la décarbonation en Europe et pour développer des projets de verdissement », a assuré la directrice générale adjointe. “Plus les prix du gaz et de l’électricité sont hauts, plus nous avons de demandes sur l’autoconsommation et le verdissement des réseaux [de chaleur et de froid, ndlr]», at-elle étayé.

Energy Solutions, pilotée par Cécile Prévieu, est l’une des quatre grandes activités du groupe Engie. Elle emploie quelque 40.000 collaborateurs dans une vingtaine de pays et consiste à proposer un panel de solutions pour réduire et verdir la consommation énergétique des villes, collectivités, industriels et grands acteurs du tertiaire, dans une logique de décarbonation.

Décarboner les collectivités et les industriels

Pour ce faire, Energy Solutions développe des contrats de performance énergétique et des centrales de production énergétique (solaire, vapeur) sur les sites industriels et tertiaires. Cette activité développe également des réseaux de chaleur et de froid pour les collectivités. Energy Solutions revendique ainsi être le numéro 1 mondial des réseaux de froid et le 3ème pour les réseaux de chaleur.

Concrètement, il s’agit de produire de la chaleur ou du froid sous forme d’eau chaude ou d’eau froide et de distribuer ces fluides à tous les bâtiments d’un quartier ou d’une ville à travers des tuyaux souterrains. Historiquement, cette chaleur ou ce froid était produit à partir de gaz naturel, mais ces réseaux se verdissent progressivement, grâce à des solutions alternatives comme la géothermie ou la biomasse. Aujourd’hui, sur les 150 réseaux de chaleur et de froid activés en France par Energy Solutions, 60 % sont alimentés par des énergies d’origine renouvelables.

Une énergie verte, locale et décentralisée

« Nos solutions permettent de sortir du marché», a indiqué Cécile Prévieu, en faisant référence aux solutions de production locale, comme la biomasse, la géothermie ou encore les centrales solaires couplées à l’autoconsommation. Ou ces solutions locales nécessitant l’indépendance énergétique et la résilience, fait valoir Engie. De quoi séduire les industriels et les collectivités à l’heure où les prix du gaz et de l’électricité sur les marchés sont très élevés et volatils et où la sécurité d’approvisionnement redevient une question majeure.

Sur ce vaste marché de la décarbonation, Energy Solutions vise une croissance annuelle moyenne de 4 à 5 %. Elle revendique aujourd’hui 23 gigawatts d’infrastructures d’énergie décentralisées installées (dont 19 gigawatts de réseaux de chaleur et de froid), et entend en rajouter 8 supplémentaires d’ici 2025. «Energy Solutions est un des deux vecteurs de croissance du groupe avec les renouvelables», souligne Cécile Prévieu. Objectif : doubler l’EBIT (c’est à dire le chiffre d’affaires net, après déduction des différentes charges d’exploitation qui incombent à une entreprise) d’ici 2024.