Grèves, annulations… Ce qu’il faut savoir sur les compagnies aériennes pour cet été

Toutes les compagnies aériennes devraient être supportées par des grèves ou des annulations cet été. En cause, un manque d’effectifs et des syndicats revendiquant une hausse des salaires.

L’été s’annonce compliqué pour les compagnies aériennes. Pour l’heure, elles semblent toutes concernées par des grèves et des annulations dans les prochaines semaines.

À VOIR AUSSI – L’aéroport de Bruxelles-National annule tous ses vols en raison d’une grève

Dans une lettre ouverte, la Fédération européenne des travailleurs du transport a indiqué ce lundi que «le chaos auquel fait face le secteur aérien ne fera que s’aggraver tout au long de l’été».

Air France et Transavia affectées par une grève de pilotes

Le groupe Air France-KLM se «dit prêt pour cet été», a indiqué son directeur général, Benjamin Smith la semaine dernière. L’entreprise souligne «l’embauche de 300 pilotes, 200 mécaniciens et 200 agents d’escale saisonniers» aux aéroports de Paris Charles-de-Gaulle et Orly. Grâce à ces recrutements, Air France »n’a pas annulé de vols cet été, ayant anticipé la reprise» du tourisme.

Mais une grève est d’ores et déjà prévue par le syndicat de pilotes, Alter, pour le samedi 25 juin. Parmi les aéroports concernés, Charles-de-Gaulle, Orly, et «potentiellement Toulouse, Nice et Marseille», indique Alexandre Rio, président d’Alter. Il ajoute également que Transavia est également impacté par cette grève, uniquement sur l’aéroport d’Orly. En tout, une vingtaine de vols des deux entreprises sont ciblées. «Il s’agit de vols longs et courts courriers. Deux vols sur quatre à destination de Calvi (Corse) devraient être concernés», complète Alexandre Rio. En plus de cette grève de pilotes, Transavia a «procédé à l’annulation de 3 % de ses vols pour juillet et août». Selon la compagnie, cela lui permettra «de mieux assurer la robustesse et la ponctualité de son programme». «Nous avons informé l’ensemble des passagers concernés dès à présent et nous avons proposé une solution de réacheminement pour 95% d’entre eux entre J-1 et J+1», communiqué l’entreprise.

Le Syndicat national des personnels navigants commerciaux (SNPNC) annonce par ailleurs qu’un préavis «seront déposés dans les prochains jours», uniquement pour Transavia. Les dates de la grève ne sont pas encore confirmées par l’intersyndicale mais elles «s’étaleront jusqu’à la fin de l’été», précise Nicolas Bessalam, représentant de la section syndicale du SNPNC. Les aéroports d’Orly, Nantes, Lyon et Montpellier devraient être visés par cette grève. Nicolas Bessalam souligne que «92% des chefs de cabines de Transavia et 88% des hôtesses et stewards sont prêts à suivre le mouvement». L’objectif est d’obtenir une revalorisation des salaires. Il l’assure, «l’été sera très compliqué».

Un été difficile pour Ryanair

La compagnie aérienne Ryanair va être la plus affectée par les grèves : le 25 juin en Italie, les 25 et 26 juin en France, les 24, 25 et 26 juin en Belgique, au Portugal et en Espagne et le 30 juin, 1er et 2 juillet de nouveau en Espagne. Parmi les aéroports potentiellement touchés, Ryanair dispose de quatre bases aériennes en France : Marseille, Toulouse, Beauvais et Bordeaux. «La compagnie ne respecte pas les temps de repos, ni les conditions de travail imposées par le code de l’aviation civile», interpelle Damien Mourgues, délégué SNPNC-FO. Une grève a déjà été déclenchée les 12 et 13 juin derniers, annulant 25 % des vols en France.

La direction de Ryanair a appelé le 17 juin à reprendre les négociations avec les syndicats. Le PDG, Michael O’Leary, a assuré que les grèves ne perturberaient pas l’activité de la compagnie low cost : «La plupart des vols continueront à être assurés, même si un syndicat de “Mickey” fait grève en Espagne.» Si les discussions ne sont pas concluantes, Damien Mourgues n’exclut pas de nouvelles grèves, «notamment autour du pont du 14 juillet». Contacté par Le FigaroRyanair n’a pas répondu aux sollicitations.

Des annulations à prévoir chez easyJet

Si votre destination de vacances se trouve en Espagne, gare aux annulations d’easyJet. L’Union syndicale ouvrière espagnole a déposé un préavis de grève pour les 1er, 2 et 3 juillet, ainsi que pour les 15, 16, 17 et 29, 30, 31 juillet dans les aéroports de Barcelone, Malaga et Palma de Majorque. À ce stade, seul le week-end du 23 et du 24 juillet est épargné.

Du côté de la France, le délégué syndical SNPNC, William Bourdon, signale que des «les négociations sont en cours» avec la compagnie aérienne, et qu’elles «sont plutôt positifs». «Nous allons essayer de faire notre possible pour les passagers et de ne pas trop perturber leurs vacances», ajoute-t-il. Le SNPNC dénonce un manque d’effectifs, entraînant une «instabilité des plannings». D’après William Bourdon, «il y aura des annulations à coup sûr», car les «effectifs supplémentaires n’arriveront pas avant courant juillet». «C’est foutu pour cet été», renchérit-il.

La compagnie easyJet mentionne qu’elle «continuer à travailler sur le programme de vol». «La grande majorité de nos clients ne sera pas affectée. Pour les clients impactés, ils pourraient être rebasculés vers un autre vol easyJet dans les 24 heures. Nous informons directement les clients concernés dans les jours à venir en leurs indiquant leurs options : être transféré sur un autre vol, effectuer une nouvelle réservation ou recevoir un remboursement».


À VOIR AUSSI – Un quart des vols annulés jeudi matin à l’aéroport de Paris-CDG en raison d’une grève

.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*