Les accusations contre le couple LFI d’Alexis Corbière et Raquel Garrido seraient-elles “un ramassis de mensonges” ?

Malgré la ferme démenti d’Alexis Crobière et de Raquel Garrido, ainsi que les excuses de la rédaction du Point, le journaliste concerné déclare : “Moi je suis sûr de mon info”.

Ce mercredi 22 juin, Le Point publiait un article sanglant sur le groupe d’Insoumis formé par Rachel Garrido et Alexis Corbiere. Selon cet article, les députés LFI auraient employé une femme de ménage sans-papiers, dans des conditions de travail invraisemblables. L’employée y est présentée comme sous-payée, parfois “150€ la semaine” et humiliée par ses mécènes. Cependant, le couple a directement démenti point par point l’information, en menaçant la rédaction de représailles juridiques.

A lire aussi :
Le couple LFI d’Alexis Corbière et Raquel Garrido at-il sous-payé et humilié une femme de ménage sans-papiers ?

Mais près de 24h après la publication de l’article en question dans Le Pointde plus en plus d’informations semblent incriminer le rédacteur de l’article.

Le rédac chef nous présente ses excuses et retire l’article @LePoint.
Soit.
Mais, cela ne peut en rester là. Toute la profession est concernée. C’est l’honneur du métier qui est en jeu et la confiance que les citoyens accordent à la presse.
Des sanctions doivent être prononcées. pic.twitter.com/oYy0tRCCI5

— Alexis Corbière (@alexiscorbière) 23 juin 2022

Un travail journalistique négligent ?

Très vite, les députés Insoumis ont dénoncé “une nouvelle opération de calomnie”. En début d’après-midi de ce jeudi 23 juin, l’article incriminant le couple LFI a été supprimé par la rédaction du Point.

Étienne Gernelledirecteur du journal, a publié sur son Twitter une courte réaction, dans laquelle il évoque des “erreurs et manquements à la prudence”. Le responsable déclaré poursuivant “l’enquête pour comprendre ce qu’il s’est passé”.

Le journal a présenté ses des excuses “assiettes et sincères” au couple de députés ainsi qu’à ses lecteurs.

Des supposés messages qui alimentent le doute

Suite à aux accusations de diffamations du couple LFI, le journaliste à l’origine de l’article, Aziz Zemouri, a publié sur son compte Twitter les supposés messages incriminant.

Cependant, de nombreux internautes dénoncent un cadrage douteux concernant la photo de profil de la jeune députée Raquel Garrido.

Par la suite, des journalistes ont publié le contact de la politique insoumise sur diverses plateformes. Dans les captures d’écran fournies, Raquel Garrido ne possède jamais la photo de profil visible dans les messages d’Aziz Zemouri.

Ce n’est ni sa photo iOS, ni sa photo WhatsApp, ni sa photo Telegram. C’est un échange sous Android. Cela voudrait donc dire que la femme de ménage a ajouté la photo de Garrido puis l’a légèrement recadrée. Qui fait ça ? pic.twitter.com/UFpYHVSx4P

—Olivier Tesquet (@oliviertesquet) 22 juin 2022

Selon Libérationde nombreux proches des Insoumins attestent que jamais Raquel Garrido ne pourrait s’exprimer de la sorte.

sms de l’employée de maison sans papier qui travaillait au moins jusqu’au lundi 20/06 pour Raquel Garrido et Alexis Corbière dans l’appartement parisien où elle gérait leurs filles, le ménage etc. pic.twitter.com/pXDyMWLcib

— Aziz Zemouri (@azizzemouri1) 22 juin 2022

De nouvelles preuves seraient transmises lors du procès pour diffamation

Le journaliste du Point mis en cause dans l’affaire, a été contacté par Libération. Malgré la prudence de sa réaction, il confirme encore une fois la véracité de ses informations, déclarant : “Moi je suis sûr de mon info”.

Ceux qui paraissent publiés comme des défenseurs de la veuve et de l’orphelin sont ontologiqt irréprochables. Un “journaliste de l’Express” en réalité un militant du printps républicain défend Raquel Garrido et Alexis Corbière. Pour justifier l’esclavage moderne. Tout est dit.

— Aziz Zemouri (@azizzemouri1) 23 juin 2022

Il assume auprès de Libération que les enfants du couple ne seraient pas scolarisés à Paris, comme il l’avait affirmé. Cependant, il raconte que leur plus jeune enfant serait “transporté” tous les soirs dans la capitale pour que l’employée s’en occupe.

Il a également avoué ne jamais rencontré la supposée employée. Aziz Zemouri aurait seulement communiqué avec elle via SMS et messages vocaux. Il déclare avoir “checké toutes les infos qu’elle produit”.

Confrontée à l’identité et à la photo de la supposée femme de ménage sans-papiers, Rachel Garrido affirme ne jamais avoir vu ou connue cette personne. La députée a également demandé le redémarré “immédiat” du journaliste.

N’agissez pas. Je demande le licenciement immédiat d’@azizzemouri1.
Je n’en resterai pas là. Je ne pardonne pas qu’il s’en soit pris à nos enfants. Ma famille a trop souffert. Le tort accordé est indélébile.
Je remercie les citoyens et les journalistes qui ont aidé à démonter la calomnie. https://t.co/N1DQawsG94

— Raquel Garrido (@RaquelGarridoFr) 23 juin 2022

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*