Pourquoi faut-il acheter Renault ? – 23/06/2022 à 19:00

François d'Hautefeuille

François d'Hautefeuille

Luca de Meo, directeur général de Renault.  (Crédits photo : Renault - Olivier MARTIN-GAMBIER )

Luca de Meo, directeur général de Renault. (Crédits photo : Renault – Olivier MARTIN-GAMBIER )

Renault est l’un des leaders de l’industrie automobile dans le monde. Il a réalisé un chiffre d’affaires de 46 milliards d’euros en 2021. C’est une entreprise française engagée sur les marchés mondiaux de l’automobile. Elle possède des marques telles que Dacia, Renault, Lada, RCI Banque… Renault détient 43 % de Nissan. Les principaux actionnaires de Renault sont l’État français avec 15 % et Nissan avec 15 %.

Sentiment technique : favorable

Renault a eu une performance annuelle en Bourse de 1.27% depuis 2008 contre 6.52% pour l’Euro Stoxx 50. On note que le prix est à ses plus bas historiques de 2008, 2020 et 2022.

Nous nous attribuons que d’un point de vue technique le cours de Renault est en train de tester un support particulièrement important, autour de 20/25€ avec une forte décote par rapport à sa valeur intégrale.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research.  Bloomberg LLP n'est pas responsable de cette analyse.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg LLP n’est pas responsable de cette analyse.

De plus, la baisse récente nous semble excessive par rapport aux comparables Stellantis et Volkswagen sur trois ans glissants

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research.  Bloomberg n'est pas responsable de cette analyse.

Source : Bloomberg LLP et Evariste Quant Research. Bloomberg n’est pas responsable de cette analyse.

Analyse fondamentale : favorable

La performance négative récente de Renault en bourse nous amène à nous poser la question : y at-il un risque de faillite pour Renault ? Nous avons effectué une analyse rapide de Renault en gardant cette question à l’esprit.

Renault dispose de 22 milliards d’euros de trésorerie. La notation S&P est BBB-, investment grade, perspective stable. Le ratio d’endettement de Renault est de 140 %, ce qui est assez élevé. La dette nette de Renault est de 39 milliards d’euros. Lorsque les passifs liés à la location-vente ne sont pas inclus dans la dette car ils sont garantis par des créances, la dette nette tombe à -5 Mds EUR.

Le Free Cash Flow pour 2021 était positif, pour 2022 la direction de Renault s’attend à un Free Cash Flow légèrement positif.
La vente de l’activité russe pourrait rapporter quelques liquidités. Renault pourrait aussi vendre des actions Nissan si nécessaire. Renault détient 43% de Nissan. (La capitalisation de Nissan est de 15 milliards d’euros et sa valeur comptable est de 32 milliards d’euros.)

De plus, dans une situation similaire il y a quelques années avec Peugeot, l’État français a aidé à restructurer Peugeot. Il est fortement probable que l’Etat prendra des mesures similaires pour Renault si nécessaire d’autant plus que l’Etat a réalisé une plus-value importante avec Peugeot.

Cela indique un très faible risque de faillite de Renault, même dans des conditions de marché décrites dans l’industrie automobile pour les prochaines années.

Nous allons maintenant estimer rapidement la valeur intégrale de Renault d’abord d’un point de vue du bilan puis d’un point de vue Cash-Flow.

La valeur comptable nette est de 28 Mds EUR. La valeur d’actifs nets corporels se situe autour de 21 Md EUR contre une capitalisation boursière de seulement 7,6 Mds EUR soit autour de 64% de décote !

A cette faible valorisation des actifs de notre point de vue, certains concurrents pourraient être imposés par l’acquisition de RNO à des conditions avantageuses en accédant aux marques, aux infrastructures de distribution, de production et de financement et aux capacités de R&D de Renault.

Le cash-flow libre de Renault en moyenne sur les 15 dernières années était de +1,4 Mds EUR selon les comptes annuels de Renault. A la capitalisation actuelle de 7,6 mds d’euros, le ratio CAP/FCF ou P/FCF par action est = 5,4 ce qui est très faible.
Les flux de trésorerie futurs actualisés ainsi que la valeur nette comptable indiquent une valeur intrinsèque plus élevée que ce qu’implique le cours actuel de l’action. Ce cours nous semble donc trop bas.
Sentiment GARP d’intelligence artificielle : favorable

Bien des valeurs peuvent rester sous valorisées longtemps par rapport à leur valeur intrinsèque (le fameux « value trap »). L’intelligence artificielle permet de présélectionner par un scoring top down un portefeuille de valeurs particulièrement intéressantes à étudier dans un contexte de marché donné.

Ainsi, notre indicateur « sentiment intelligence artificielle » de Renault est actuellement élevé. Cet indicateur indique que non seulement l’action Renault est attractive en termes de valorisation, mais aussi qu’elle mérite d’être dans le « radar screen » des valeurs à surveiller.

Source : Evariste Quant Research

Source : Evariste Quant Research

Nous sommes donc à l’achat sur Renault par rapport à l’indice EuroStoxx 50. On peut ainsi acheter l’action Renault en couvrant son risque de marché par l’achat d’un ETF bear Euro Stoxx 50 (comme le Lyxor BSX bear EuroStoxx 50 ETF) afin de neutraliser le risque de marché.


Méthodologie de cette recherche action
Nous valorisons une action selon trois dimensions via un processus de filtrage « top down » adossé à une analyse fondamentale « bottom up ». Ces dimensions sont
1. Définition d’un Univers d’Investissement GARP (Growth at Real Price) (actions de croissance à prix value)
2. Scoring mensuel d’intelligence artificielle « top down »
3. Validation fondamentale « bottom up ».

1. Notre univers GARP repose sur l’identification d’un univers d’investissement d’actions de croissance à long terme via des filtres quantitatifs prouvés des valeurs au sein de l’univers investissable (actions France soumises à des contraintes de liquidité).
2. Le scoring intelligence artificielle identifie sur une base mensuelle au sein de cet univers de 100 actions multi caps environ 30 actions de croissance long terme qui sont les plus attractives en termes de valorisation. Le but est d’identifier des actions de croissance à prix value, c’est-à-dire des actions dont le prix est attractif par rapport à la valeur long terme.
3. Enfin, l’analyse fondamentale finale permet de valider l’ensemble du processus ci-dessus en focalisant l’effort de recherche humain et non pas machine sur des valeurs déjà présélectionnées via un empilement de filtres.


Evariste Quant Research est un cabinet indépendant d’analyse et de recherche financière basé sur des solutions d’Intelligence Artificielle appliquées à la gestion d’actifs. Christian Lingemann est Professeur Associé en Finance et Stratégie à l’Ecole de Commerce de Clermont Ferrand.

Clause de non-responsabilité.
Cette analyse financière n’est pas un conseil en investissement. Evariste Quant Research/Christian Lingemann et leurs clients peuvent détenir des titres mentionnés dans cette analyse.

.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*