un accord meister / Allemagne / Bayern / SOFOOT.com

Le décuple champion d’Allemagne en titre vient d’annoncer la signature de Sadio Mané jusqu’en 2025 pour près de 40 millions d’euros. Pour le Sénégalais, actuellement dans la meilleure période de sa carrière, le choix semblait évident. Arrivé à une fin de cycle après six saisons passées dans l’ombre de Mohamed Salah à Liverpool, il va découvrir à 30 ans la Bavière, pour le meilleur, mais surtout, pour la lumière.

Il n’y aura pas à briser la glace entre Sadio Mané et les Bavarois, puisque les présentations ont déjà été faites un soir de mars 2019. Au moment de découvrir le vestiaire munichois, le Sénégalais aura sûrement en tête ce huitième de finale retour de Ligue des champions durant lequel il en avait mis plein les mirettes aux 75 000 spectateurs de l’Allianz Arena pour qualifier son Liverpool (1-3), futur champion d’Europe, au tour suivant. Et si le champion d’Afrique l’a oublié, nul doute que Manuel Neuer, dribblé, lobé et humilié ce soir-là sur le premier des deux buts de son futur coéquipier, lui en touchant deux mots. Mais l’essentiel est ailleurs. Après avoir tout gagné durant ses six années à Liverpool, le natif de Bambali se lance désormais un nouveau défi. L’occasion pour lui d’enfin gagner la reconnaissance qu’il n’a jamais eue chez les Rouges.

Mané pour briller

Sadio Mané n’a jamais mentionné l’entièreté des graines qu’il a semées dans le Nord de l’Angleterre. Alors qu’on le subit surpayé lors de son arrivée en provenance de Southampton pour 41 millions d’euros, le capitaine du Sénégal rend son tablier avec une copie plus qu’honorable. Mais au moment de juger son passage au club de Gerrard, Keegan et Dalglish, ses 120 buts et 48 assiste en 267 rencontres ne semblent pas vraiment avoir pesé, tant que le nom de son compère d’attaque Mo Salah a été coché avant le sien au moment de décerner les récompenses individuelles. Cette saison encore, alors qu’il a été le dernier à concurrencer Karim Benzema dans la course au Ballon d’or et même si c’est lui qui a ruiné tous les espoirs de l’Égyptien avec les Lions de la Téranga à la CAN et sur la route du Mondial, c’est bien Salah qui a été élu meilleur joueur d’Angleterre. Et ce, alors que Mané a brillé quand Jürgen Klopp avait décidé d’en faire sa variable d’ajustement.

Remplacé dans l’axe à son retour victorieux de la Coupe d’Afrique pour permettre l’émergence de Luis Díaz, Sadio Mané a permis de préparer l’avenir à Liverpool, tout en sachant que lui n’en réussit pas partie. Cet avenir, c’est notamment Darwin Nuñez qui l’écrira à Liverpool. Un non-sens pour l’ancien joueur de Liverpool Dean Saunders. Invitation à réagir au micro de parlerSPORT au départ de Mané, le Gallois considérait même que le joueur formé à l’AS Génération Foot allaitait « ruiner les deux plus belles années de sa carrière » en Bundesliga, un championnat selon lui bien moins important que la Premier League. Oui, mais voilà, à 30 ans, Sadio Mané a préféré saisir sa chance quand, à Liverpool, on a jugé qu’il arrivait en fin de cycle. Le Bayern apparaît donc comme une solution évidente pour qu’il puisse enfin acquérir la reconnaissance qu’il mérite.

Die Manéschaft

Ce ne sont d’ailleurs pas ses premières heures en Allemagne qui vont lui faire croire le contraire. Interrogé par un journaliste de ImageMané s’est montré surpris lorsqu’on l’a qualifié de « meilleure étoile » du championnat. « Wow, quel compliment ! Merci. Quand mon conseiller m’a parlé pour la première fois de l’intérêt du Bayern Munich, j’étais excité. Je m’y suis vu tout de suite. Pour moi, c’était le bon club au bon moment. C’est l’un des plus grands clubs du monde et l’équipe se bat toujours pour chaque titre. Donc pour moi, c’était une très bonne idée et la bonne décision de venir ici. » Et pour ceux qui se demandaient si la direction du Bayern avait prévu de lui montrer qu’elle comprenait déjà à lui, celle-ci n’a pas léziné sur les moyens. D’abord en posant 40 millions d’euros de bonus compris sur la table, bien que Mané n’ait plus qu’un an de contrat. Ensuite, en lui proposant un deal de trois ans qui représente enfin sa valeur avec des revenus doublés, lui qui n’avait que le douzième plus haut salaire chez les vice-champions d’Angleterre et d’Europe (autour de 6 millions par an ). « C’est formidable que nous ayons pu recruter un tel joueur pour notre équipe. Il est au sommet de sa carrière, à l’âge de la maturité, il est en pleine forme et un soif de titres, il est dans le bon club pour ça ! » glissait justement le directeur sportif du Bayern Hasan Salihamidžić, conscient que, dans cette histoire, c’est bien la formation bavaroise qui réalise le meilleur coup.

À Munich, l’attaquant pourra facilement se fondre dans un collectif déjà bien fourni côté offensif. Qu’importe les forts accents allemands de Julian Nagelsmann, le Sénégalais maîtrise déjà la langue de Goethe depuis son escapade autrichienne au RB Salzbourg entre 2012 et 2014. D’après les informations de Sports du ciel, les deux hommes s’entendent d’ailleurs déjà depuis que Mané lui a attribué qu’il était prêt à évaluer à n’importe quel poste lors d’un appel au début du mois. Mais avec le départ de plus en plus probable de Robert Lewandowski, Mané aura surtout l’avantage de ne pas avoir à partager la lumière. Une aubaine pour le néo-Bavarois dont la nature plus effacée a souvent été un frein au moment de briguer la tête d’affiche. Parce que finalement, Sadio, c’est un mec qui pense avant tout aux autres, et ce n’est pas le FC Metz – qui devrait toucher quelque 160 000 euros dans l’affaire pour avoir participé à la formation du champion – qui dira le contraire.

Par Gabriel Joly

.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*